Aller au contenu principal

REPENSER L’ÉCOLE : BRISER LE TABOU DE LA NON-MIXITÉ

Aujourd’hui la société est devenue plus égalitaire et les femmes ont une place plus importante qu’autrefois dans le monde du travail et dans la vie politique. Il y a bien sûr encore des progrès à faire… Mais c’est justement dans l’école, censée être fondatrice de cette réforme sociétale, que la mixité aujourd’hui pose parfois problème. Alors qu’elle constitue un avantage indéniable pour une entreprise ou un parti politique, les élèves de nos classes semblent avoir plus de difficultés à apprendre, en raison, entre autres, de la mixité. C’est peut-être le seul endroit où elle n’aide pas… Pourquoi ?

Dans les années 1970, la mixité scolaire s’est imposée un peu comme un dogme dans les pays occidentaux. L’objectif louable de cette réforme était de parvenir à une égalité de fait entre hommes et femmes. On garantissait ainsi l’accès des filles aux mêmes programmes et aux mêmes exigences scolaires que les garçons. Aujourd’hui, de nombreux spécialistes de ce domaine s’accordent sur le fait que la mixité scolaire a été introduite sans qu’on y ait réfléchi suffisamment. En témoignent les deux citations ci-dessous :

« L’école a fait comme si elle pouvait continuer à se concentrer sur les apprentissages et les performances, en déniant les corps, la sexualité et les désirs, et plus généralement en négligeant sa vocation éducative. »

« L'égalité en droit, la mixité scolaire n'ont pas suffi à abolir la différence de regard porté sur les filles et les garçons, la construction sexuée des parcours scolaires ni les violences sexistes à l'école. »

Aujourd’hui la société est devenue plus égalitaire et les femmes ont une place plus importante qu’autrefois dans le monde du travail et dans la vie politique. Il y a bien sûr encore des progrès à faire… Mais c’est justement dans l’école, censée être fondatrice de cette réforme sociétale, que la mixité aujourd’hui pose parfois problème. Alors qu’elle constitue un avantage indéniable pour une entreprise ou un parti politique, les élèves de nos classes semblent avoir plus de difficultés à apprendre, en raison, entre autres, de la mixité. C’est peut-être le seul endroit où elle n’aide pas… Pourquoi ? 

Rappelons que, dans les années 1970, la mixité ne semblait pas nuire à l’efficacité de l’école. Depuis lors, la sexualisation de la société, la fragilisation du mariage avec la multiplication des familles monoparentales – de nombreux garçons sont en manque de modèle masculin – et la dépendance à l’égard des nouvelles technologies, typiquement les jeux d’ordinateur pour les garçons et les réseaux sociaux pour les filles, pourraient expliquer pourquoi nos enfants sont plus fragiles qu’autrefois. 

Image
fille école

 

Quelles qu’en soient les causes, la mixité tend désormais à être un frein à l’apprentissage, alors que la principale vocation de l’école est que nos enfants y acquièrent des connaissances, la fondation d’une société égalitaire ou la socialisation des élèves n’étant qu’une de ses vocations secondaires. Pour promouvoir l’égalité des sexes, on attend de l’école mixte qu’elle permette de lutter contre les stéréotypes sexuels, afin que les filles s’orientent davantage vers des études dites « de garçons » et vice versa. Mais même en cela, il semble que la mixité n’atteigne pas ses objectifs, car les élèves renforcent les stéréotypes pour mieux souligner leur identité masculine et féminine face à l’autre sexe. C’est ainsi qu’en Suisse romande les classes dont les élèves ont choisi l’option «maths renforcées» comptent souvent une écrasante majorité de garçons. Inversement, dans les écoles non mixtes qui offrent une variété suffisante de débouchés, on trouve proportionnellement plus de filles s’orientant vers des études d’ingénieurs et plus de garçons vers des études de lettres. Aux États-Unis, les recherches corroborent cette tendance. La non-mixité semble libérer les élèves du rôle qu’ils sont censés jouer en tant que garçons ou filles. Ainsi se sentent-ils plus libres de développer leurs talents. 

Image
Photo Tim Pannell/Corbis/VCG Getty Images

 

La mixité ne tient donc pas ses promesses tant en ce qui concerne les résultats scolaires – les filles ne semblent pas meilleures qu’autrefois et les garçons sont souvent en échec – qu’en ce qui concerne l’égalité. Face à ce constat, pourquoi ne pas envisager la non-mixité ? Je ne parle pas de l’introduire brusquement, ni partout, car il n’est pas sûr qu’elle convienne à tous les élèves. Il suffirait de ne l’introduire que dans certaines classes, les établissements et les cours de récréation restant ouverts à tous les élèves. Il s’agirait alors d’une non-mixité réfléchie, adaptée aux différentes manières d’être des garçons et des filles.

Il existe dans les pays anglo-saxons toute une pédagogie différenciée pour les garçons et pour les filles, dont il serait bon de s’inspirer. L’essentiel des pédagogies dites différenciées est une prise de conscience : l’élève n’est pas neutre et il faut, par conséquent, tenir compte des différences sexuelles dans l’enseignement, tout comme, par ailleurs, un bon enseignant saura s’adapter à d’autres différences. De ce point de vue, il ne s’agirait pas d’un retour en arrière mais d’un enrichissement de l’offre pédagogique.

Cependant, la non-mixité à l’école fait peur. Dans nombre de pays occidentaux, mixité scolaire rime avec égalité sociale, si bien que celui qui la mettrait en doute s’inscrirait du même coup en faux contre l’égalité homme- femme. Toutefois, face aux difficultés que traverse l’école, il est bon de faire sauter

ce tabou pour nous autoriser à réfléchir. L’influence de l’école sur la fondation d’une société égalitaire ne dépend certainement pas de la seule séparation physique des garçons et des filles, mais du contenu de l’enseignement. D’ailleurs, dans les pays anglo-saxons, les écoles prestigieuses sont souvent non mixtes, sans que la société y semble moins égalitaire. À titre d’exemple, Hillary Clinton a fait toutes ses études dans des écoles de filles et a contribué à la création d’écoles publiques non mixtes aux États-Unis. En Angleterre, ces écoles sont les meilleures du pays. Les résultats au General Certificate of Secondary Education permettent de dresser un classement annuel des établissements dont les élèves, âgés entre 15 et 16 ans, obtiennent les meilleures notes. Alors que seuls 2% des écoles publiques et 14% des écoles privées sont non mixtes, elles constituent d’année en année près de 75 des 100 meilleures écoles du pays.

Cependant, ce débat a de la peine à échapper à la défiance de ceux qui pensent que les « avantages » de l’enseignement non mixte sont dus au bagage socioculturel des familles qui choisissent cette option pédagogique minoritaire plutôt qu’à l’efficacité de cette option pédagogique
en elle-même. À moins de contorsions intellectuelles pour isoler l’influence dela non-mixité des autres paramètres, il semble difficile de prouver que ce type d’enseignement ait, à lui seul, un impact positif. L’idéal serait d’assigner de manière aléatoire des élèves dans des classes mixtes et différenciées, ce qui ne semble pas possible dans les pays occidentaux. Pourtant, ce qui n’est pas envisageable chez nous, l’est à Séoul. Là-bas, les élèves sont attribués sur une base aléatoire à une école mixte ou non mixte. Cette mesure a été justement instituée pour éviter que les élèves d’un milieu social particulier ne se rassemblent dans certaines écoles.

Les chercheurs de l’Université de Pennsylvanie5 ont vu là une occasion en or pour analyser les différences entre éducation mixte et non mixte, en se libérant des autres paramètres. Ils ont pu fonder leur recherche sur 196 écoles : 68 mixtes, 60 de filles et 68 de garçons. Ils ont dépouillé les résultats de l’examen national d’entrée à l’Université, le College Scholastic Ability Test (CSAT). Cet examen est si important que tout le curriculum des écoles est adapté à sa réussite. Des notes élevées sont requises pour avoir accès aux études supérieures qui durent quatre ans ; ceux qui en ont de moins bonnes devant se contenter d’une école de deux ans.

Ils ont constaté que les garçons provenant des écoles non mixtes étaient 5,6% plus nombreux que ceux des écoles mixtes à accéder aux écoles supérieures. Le pourcentage pour les filles est de 3,1%. Par ailleurs, selon les trois critères de comparaison analysés (formation des professeurs, performances antérieures des élèves et nombre d’élèves par classe), les écoles différenciées seraient légèrement désavantagées. C’est pourquoi ils suggèrent que l’effet positif de la non- mixité a pu être sous-estimé.

Il n’y a pas lieu ici de citer plus d’études. Mon but est uniquement d’inviter tout le monde à réfléchir aux avantages pour nos enfants de la non-mixité et de la mixité à l’école. Je me suis attelé à cette tâche en tant que chercheur indépendant il y a sept ans, sans trop d’idées préconçues, et j’ai pu constater que la non-mixité est une option pédagogique intéressante.

Toutefois, en vertu de la chape idéologique qui pèse sur cette question, peu de monde connaît les recherches sur les écoles non mixtes. Il est temps que cela change et que l’on ose ouvrir le débat en surmontant ce tabou.